Milieu de l’enfance

Au CHEO, les spécialistes du milieu de l’enfance aident les enfants et leurs familles à traverser des situations difficiles sur les plans émotionnel et psychologique. Ils aident les familles à naviguer tout un éventail de circonstances dans tous les secteurs de l’hôpital, du tout-petit qui doit subir sa première expérience avec une aiguille jusqu’à la maman inconsolable dont l’enfant est en chirurgie.

Le service des urgences du CHEO est un des plus occupés au pays, et c’est là où Lisa O’Kane, spécialiste du milieu de l’enfance, travaille depuis 13 ans. Il suffit de parler avec Lisa pendant quelques minutes pour voir que sa passion d’aider les enfants et les familles est profonde – un trait de caractère qui lui a été transmis par ses parents. Cette passion ainsi que son habileté à lire les gens et à évaluer les situations fait d’elle la candidate parfaite pour travailler au service des urgences du CHEO. « Le département des urgences est unique en son genre », affirme Lisa. « C’est complètement imprévisible, et c’est ce que j’adore. Mon cœur bat à toute vitesse lorsque je commence mon quart de travail, car je ne sais jamais quelle sorte de journée je passerai. Il se pourrait que ce soit une journée de traumatismes, ou encore une journée remplie de fractures et de lacérations. »

Le fait qu’aucune journée n’est « tranquille » au service des urgences est une des raisons pour laquelle Lisa demeure aussi motivée. Une salle d’attente toujours en mouvement signifie qu’elle est toujours à la recherche d’un enfant ou d’une famille qui a besoin d’aide. « Au service des urgences, la réalité est que personne ne veut y être », explique Lisa. « Ils sont ici, car ils sont inquiets pour leur enfant et c’est habituellement la pire journée pour eux. Parfois, de tout petits gestes peuvent faire une grande différence. Par exemple, si une maman se trouve dans la salle d’attente avec son enfant qui pleure depuis plus d’une heure, voit passer de nombreux autres patients et croit qu’on l’a oubliée, son anxiété devient palpable. Dans une situation comme celle-là, je m’assois avec la Maman et je lui dis des choses comme : je sais que ceci est difficile pour vous. Que puis-je faire pour vous aider? Avez-vous mangé? Voulez-vous une couverture pour votre enfant? Habituellement, après un peu de conversation simple, Maman respire mieux et compose un peu plus facilement avec la situation. »

Souvent, c’est l’enfant qui a besoin d’attention. À travers les années, Lisa a appris plusieurs trucs pour aider les enfants apeurés à se calmer. « Disons que j’ai un petit garçon de quatre ans à qui on doit administrer des médicaments contre la douleur par voie intraveineuse : je me sers de la poupée dans ma trousse d’éducation pour lui montrer de quoi consiste la procédure », explique Lisa. « Ensuite, lorsqu’un membre du personnel infirmier entre avec le chariot de matériel intraveineux, l’enfant reconnaît tout ce qu’il voit et il n’y a pas de surprises. Il voit le ruban bleu et il sait qu’on lui serrera un peu le bras. Nous permettons à l’enfant de participer et nous lui donnons un rôle, et de cette façon, il est moins effrayé. »

Les spécialistes du milieu de l’enfance aident les patients à composer avec la peur, l’anxiété, la séparation et l’ajustement à la vie en milieu hospitalier. Au service des urgences, cela signifie moins de douleur, moins de sédation, des procédures plus courtes et des enfants – et des familles – qui rentrent à la maison plus rapidement. Lisa fait tout ce qu’elle peut pour assurer que tout cela est possible et elle est très reconnaissante pour le soutien des donateurs. « Je crois que nous sommes très fortunés d’avoir un hôpital comme celui-ci », dit Lisa. « En tant que Maman, mes trois enfants ont déjà eu recours aux soins du CHEO et je me considère chanceuse d’avoir accès à cet hôpital extraordinaire. Merci. Grâce à votre soutien continu, les spécialistes du milieu de l’enfance seront toujours ici pour appuyer les patients du CHEO, les médecins et le personnel infirmier qui prennent soin d’eux. »